Mon parcours

Né en 1982 à Rennes (Ille-et-Vilaine), mon attrait précoce pour l’histoire naturelle a été alimenté par mes parents grâce au jardin familial où je passais l’essentiel de mon temps libre souvent en compagnie de mon frère et de ma sœur, grâce aux sorties en forêt ou dans les musées, ou bien aux grandes vacances avec des grands parents intéressés par la vie du bord de mer et la botanique.

L’école primaire a permis des rencontres fondatrices de ma passion pour la nature… un copain et une copine qui eux aussi passaient leurs weekends à observer les tritons ou les oiseaux, un instituteur passionné de pêche et de géologie, un autre par les oiseaux. J’ai le souvenir inoubliable de deux projections commentées de diapositives de l’herpétologiste globe-trotteur Daniel Delacotte. Je fus tellement inspiré qu’un orvet vint à l’école dans mon cartable et provoqua chez les instituteurs à la cantine beaucoup d’effroi à mon grand désarroi ! Même déconvenue le jour où j’amenai fièrement un gnorime noble, véritable scarabée joyau trouvé dans le jardin, qui bien malgré moi pris son envol dans la classe, provoquant des réactions incontrôlées de l’institutrice que je souhaitais pourtant instruire à mon tour !

Plus tard au collège, une professeure de physique chimie m’offrit les livres d’entomologie de son voisin décédé. Sa collègue de Sciences de la Vie et de la Terre m’offrit quant à elle les collections d’insectes de son époux géologue dont j’ai suivi des années après les enseignements à la faculté. Au même moment je fis connaissance d’un instituteur retraité entomologiste et de son épouse qui m’emmenèrent souvent en camping-car pour aller observer les cicindèles de la baie du Mont Saint Michel, les carabes de Normandie ou bien encore les longicornes des marais de la Grande Brière et Poitevin.

Dans les médias, la diffusion de la série télévisée de Gerald et Lee Durrell intitulée « Amateur Naturalist », celle du film Microcosmos que j’ai vue deux fois de suite au cinéma et la lecture des « Souvenirs Entomologiques » de Jean-Henri Fabre ont aussi suscité une passion grandissante.

Photographie d’orchidées allongé sur le Causse Méjean

 

De fil en aiguille mes études en Biologie et Ecologie m’ont mené jusqu’à l’obtention d’un diplôme de doctorat de l’Université de Rennes 1. Pour cette obtention j’ai étudié à la Station Biologique de Paimpont et dans les bocages de la Sarthe et de l’Orne la biologie d’un scarabée célèbre malgré sa vie d’ermite. Scarabée que j’avais pour la première fois rencontré avec beaucoup d’émerveillement une quinzaine d’années auparavant et pour la préservation duquel je continue de partager mon experience 10 ans après ma soutenance de thèse. De nombreuses rencontres et expériences durant mes études m’ont permis de me forger une compétence de naturaliste généraliste.

Plus récemment, j’ai pu appliquer pendant trois ans mon intérêt pour l’éducation aux sciences naturelles en exerçant en tant que Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre dans différents établissements de l’enseignement secondaire. Une expérience très enrichissante de par ses exigences pédagogiques et didactiques et de par l’enjeu d’amener les élèves à s’approprier un sens critique notamment à travers l’apprentissage de la démarche scientifique d’investigation. De grands moments de plaisirs partagés dans la découverte en classe ou lors des sorties et à travers l’encadrement d’un club nature sur les pauses méridiennes.

Actuellement, mes différents centres d’intérêt pour la nature bien sûr mais aussi pour les sciences, l’expertise, la transmission, l’éducation, la permaculture, l’aménagement paysager… m’amènent à concevoir ma propre activité à la croisée de ces différents chemins. J’habite Brocéliande depuis 2006 (Paimpont, Saint-Malon-sur-Mel, puis Concoret depuis 2014) et ma volonté est de participer par mon activité au réseau local de développement en faveur d’un environnement et de conditions de vie attractifs certes mais fragiles.