Comment qu’c’est son blaze?

Depuis cet hiver 2018-2019 j’ai eu le grand plaisir de constater l’arrivée dans ma mare créée en octobre 2017 des Tritons marbrés (Triturus marmoratus) qui ont depuis commencé à se reproduire. En effet en ce moment de jeunes larves flottent entre deux eaux à l’affût de leurs proies planctoniques : daphnies et autres cyclopes.

Fin avril j’ai eu l’idée de recenser la population pour la suivre au fil des années. Un début de nuit (moment où ils sont faciles à observer) j’ai installé les adultes le temps de les photographier dans un récipient en verre rempli d’eau (sans les toucher, leur peau est très sensible!). Les taches réparties sur le corps sont comme une empreinte digitale qui me permettra de les identifier. J’ai ainsi pu reconnaître trois femelles et trois mâles.

Triton marbré mâle bien reconnaissable avec la magnifique crête qu’il arbore seulement durant sa phase aquatique.

“Nuit étoilée” observable sur le ventre des Tritons marbrés.

Depuis quelques semaines j’avais constaté que l’un des mâles avait un aspect inhabituel… ce que j’ai pu confirmer en l’observant de plus près lors de la photographie…

Spécimen bizarre vu de dessus.

Spécimen bizarre vu de profil.

Spécimen bizarre vu de dessous.

Quelle n’a pas été ma stupéfaction de reconnaître un hybride entre le Triton marbré et le Triton crêté (Triturus cristatus), nommé Triton de Blasius (sa robe empreinte des caractères à ses deux espèces parentes ce qui permet de le distinguer)! Observation à laquelle je ne m’attendais absolument pas d’autant que je n’ai jamais observé dans mon secteur de Triton crêté… une pierre deux coups! Dans ma mare en plus! Quelle joie!

L’observation est d’autant plus fortuite que l’hybride (souvent pris comme exemple dans les enseignements de biologie) a certes besoin que les deux espèces parentes soit présentes dans la zone, mais que ces deux espèces n’ont pas tout à fait les mêmes exigences écologiques et que peu d’embryons survivent!

Résultat : deux nouvelles données intéressantes (à Concoret, 56) pour mieux connaître la répartition du Triton crêté et du Triton de Blasius (comme l’indiquent les cartes ci-dessous empruntées à Bretagne Vivante), une “balade nature” inoubliable pour moi dans mon propre jardin et une joie que j’ai plaisir à partager avec vous (je compléterai prochainement l’article)!

 

One thought on “Comment qu’c’est son blaze?

  • 14 mai 2019 à 3 h 20 min
    Permalink

    Superbe découverte !!!
    Je partage ta joie, les tritons étant vraiment fascinants !!!!

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *